Lyon Métropole : consultation d'aménageurs pour une "ville apaisée" sur la ZAC de la Saulaie

Sur une friche d’une vingtaine d’hectares acquise en 2007, la Métropole du Grand Lyon compte créer un « quartier apaisé, connecté et agréable à vivre ». Après avoir voté et approuvé le dossier de création de la ZAC en avril 2018, la Métropole lance aujourd’hui une consultation afin de désigner un aménageur qui portera ce projet de plus de 135 000 m² de surfaces de plancher.

Le site de la Saulaie est composé de plusieurs friches SNCF situées sur la commune d’Oullins et de La Mulatière, au cœur de la porte d’entrée Sud-Ouest de la métropole lyonnaise. Ancien quartier ouvrier qui s’est étendu pendant la seconde partie du XIX ème siècle à la faveur du développement d’une petite industrie diverse liée à la proximité du Rhône (tannerie, etc.).

« Promesses d’un renouveau qui peine à voir le jour »

Le quartier a décliné dès l’inauguration de l’autoroute A7 et du tunnel de Fourvière, en 1971, en coupant le quartier de son accès au fleuve, y laissant de large friche, « témoins d’un passé glorieux et révolu et promesses d’un renouveau qui peine à voir le jour », note poétiquement la Métropole dans le cahier des charges de sa consultation d’aménageurs.

Après avoir acquis 20 ha de friches ferroviaires, au Sud des ateliers actuels d’Oullins, la Métropole a réalisé un pôle d’échanges multimodal, inauguré en 2013, qui comprend le terminus de la ligne B du métro et un parking relais de 400 places. Ce pôle d’échange a permis de créer à Oullins une véritable porte d’entrée métropolitaine, et a permis de relier à nouveau la Saulaie au quartier de Gerland sur la rive gauche du Rhône.

Le déclassement de l’A7, décidé au mois de novembre 2017, devrait permettre d’ouvrir à nouveau le quartier sur le Rhône. Lire à ce sujet sur Cadre de Ville : Lyon : le décret de déclassement des autoroutes A6 et A7 est paru, et  Lyon lance les études pour l’Anneau des sciences d’ici 2030 et une nouvelle ligne de métro

 

Un site à la porte d’entrée Sud-Ouest de l’agglomération lyonnaise – INterland

> Lire sur Cadre de Ville : Lyon : lancement de la ZAC de la Saulaie à Oullins 

 

La population résidente autour du quartier est aujourd’hui majoritairement modeste. Le parc de logement est composé à 35% de logements sociaux. Une partie importante du bâti privé est aujourd’hui dégradée.

La Métropole souhaite développer sur le site un « quartier apaisé, connecté, et agréable à vivre », selon une démarche « environnementale et durable exemplaire ». La programmation prévoit 135 000 m² de surface de plancher, dont 43 300 m² de logements, 50 000 m² de tertiaire, une polarité commerciale de 5 000 m², une offre de locaux d’activités de 21 200 m², et 15 500 m² d’équipements publics.

L’attention aux franges entre neuf et ancien

Le parti d’aménagement et les choix architecturaux devront contribuer à l’apaisement du quartier en privilégiant l’implantation des activités et des immeubles en façade des axes de communication principaux. La Métropole cherche notamment à reconstituer une façade tertiaire le long de l’axe A7, futur boulevard urbain, ou le long des voies ferrées, afin de faire écran aux nuisances sonores. La Métropole vise aussi la réversibilité des programmes tertiaires en logements.

Les invariants du projet

 

La forme urbaine devra également respecter le quartier existant, dont certains alignements de façades remarquables. Pour cela, les études de composition urbaine devront en particulier porter une attention au traitement des franges entre futures constructions et bâtiments existants. D’une manière générale , les bâtiments neufs devront rester dans un gabarit cohérent avec l’existant.

Le projet prévoit également la refonte des espaces publics, qui devront devenir le support d’un quartier apaisé et d’une trame végétale dense et variée, à la fois pour répondre aux enjeux d’infiltration des eaux de pluie et de réduction de la vulnérabilité du site au risque d’inondation.

La Métropole souhaite enfin développer une démarche d’excellence urbaine et d’innovations, de la conception des immeubles jusqu’à leur gestion, en travaillant sur la mutualisation, les nouveaux services urbains, l’adaptation aux nouveaux usages et la synergie entre les programmes.